Road trip to Iran

Souvenirs de ce road trip en Iran, en moto!

Ma GSA, comme à chaque vOyage, a tout enduré! Les routes déglinguées, la chaleur brûlante du désert, la poussière et la mauvaise essence… Elle a voyagé en ferry, esquivé les camions et les vaches errantes, fait des appels de phare et joué du klaxon…

Moto baroudeuse… sans aucun doute!

 

Samedi 25 juillet 2015: C’est avec le cœur battant que j’enfile mes gants, mon casque et que je démarre Casper pour ce long voyage en solo…

Partir est toujours un savant mélange d’émotions! Excitation et joie auxquelles s’ajoute un petit pincement au cœur qui rend la respiration lourde parfois…  …. Enfin ce jour « J » attendu et préparé depuis si longtemps!!

Les premiers kilomètres (France – Italie) ont été rapides et ennuyeux…. L’autoroute à « toute vitesse » pour ne pas perdre de temps…

Traversée en ferry:

Ancône: L’attente est longue et le soleil italien ne nous épargne pas! Sur le port, je bavarde avec un motard grec, Dimitri!  Se raconter nos aventures à l’ombre d’un camion permet de trouver le temps moins long! :)

Regarder la terre s’éloigner et commencer à savourer cette liberté qu’offre un tel voyage… Dormir sur le pont, me cacher du vent et compter les étoiles…

Vent et soleil couchant

La route en Grèce est belle et j’aimerai pouvoir sortir de cet autoroute pour découvrir ces montagnes mais d’autres paysages m’attendent et je file……

Turquie: La traversée d’Istanbul est un cauchemar! Coincée dans des files de camions qui crachent leurs fumées noires et suffocantes, éviter les vendeurs d’eau fraîche entre les files, essayer de se frayer un chemin dans le défilé interminable de voitures, le tout sous une chaleur étouffante…. Finalement, la « bande d’arrêt d’urgence » sera l’unique solution pour m’en sortir!

J’avais prévu de longer la cote au Nord de la Turquie pour arriver en Géorgie, mais j’ai parcouru assez de kilomètres d’autoroute, et les turcs eux-mêmes m’ont dit que cette route serait d’un ennui mortel!!… Je décide donc de prendre une autre direction… Tout le monde est d’accord??…. Oui?!  Cool!  L’avantage d’être seule!  :)

Un arrêt en soirée à Yerköy, petite ville d’Anatolie. Les gens de « l’Otel » sont très sympa, la GSA est garée dehors… Le gardien veillera sur Casper avec son voisin le boulanger! :)

Yerköy

Les routes en Anatolie, sont bordées de paysages grandioses et de couleurs vives! Le turquoise d’un lac vient trancher avec le brun de cette terre aride.

La route en GSa - anatolie

Personne sur la route, un vrai plaisir! Mais il fait chaud… très chaud!….

Je n’ai pas aimé Erzurum... Arrivée du mauvais côté peut être, mais impossible de me dire que j’allais rester la nuit dans cette ville qui grouillait. Cacophonie, fumées et gyrophares… Je suis dans les bouchons du soir et j’ai envie de fuir cet endroit!….

J’ai donc continué ma route en me disant que je trouverai une autre ville, à taille plus humaine… Euh, non… Je n’ai pas trouvé! :D

Horassan. Petite bourgade en pleine campagne dont le seul hôtel est là pour accueillir les ouvriers de passage!…. Bon, je suis « de passage » (pas ouvrier) mais il est tard, il fait nuit et il faudra que je me contente de cette petite…?…. chambre???…. mais?…… il n’y a pas de fenêtre?!!…

Une nuit donc, enfermée à double tour dans ces 6 petits m2, compris la salle de bain qui pue l’humidité … Les murs moites dégoulinent de crasse… Une des pires nuit de mon voyage!

Horassan Otel

Mal dormi… Réveillée tôt,  je prends la route pour la Géorgie. Je suis fracassée…

En m’approchant de la Géorgie, un peu de relief et la route ondule, mais toujours ce soleil brûlant et ici, il fait fondre le goudron qui devient liquide et glissant… Je suis fatiguée, concentrée, et un peu tendue…

Passage rapide en Géorgie… Les douaniers sont super sympas,  je prends une route de montagne, il y fait parfois 23° et parfois 39°! Quelques vaches errantes sur la route, des petites fermes, et d’anciens forts posés sur le haut des rochers…

Georgie Armenie frontière

Passage frontière en Arménie vraiment saoulant! Je n’ai pas vraiment compris pourquoi le gars me demande 30€. Ce n’est pas pour la somme, c’est pour la raison!! Service? Bakchich? Assurance? Bref, il fait semblant de ne plus comprendre l’anglais, me laisse avec le « banquier » (qui n’a pas l’intention non plus de m’expliquer à quoi correspond cette somme…) qui change mes euros en Dram, donne un paquet de billets au type, qui du coup me rend mon passeport!…. Bref… Passons… Il y a de l’orage et j’ai envie de quitter cet endroit.

Après des kilomètres de routes déglinguées, en travaux, des tronçons en graviers et des ornières de toutes tailles, je me perds en traversant Erevan et la chaleur accablante finit de m’achever…. Je sors enfin de cette fournaise et roule dans les vastes paysages montagneux de l’Arménie…

Je m’arrête au Monastère de Kor-Virap. A l’intérieur, la pierre semble noircie par les si nombreuses flammes des bougies qui illuminent le visage des fidèles…

Khor Virap

Dehors, une brume de chaleur voile l’horizon et le Mont Ararat disparait dans une atmosphère  bleutée…

Je continue ma route et quel bonheur de me retrouver à cheminer à travers cette montagne, colossale et brute. La route serpente d’abord le long de la petite rivière avant de grimper jusqu’au Monastère de Noravank. 

Noravank

Noravank est un endroit exceptionnel!…. A flanc de rocher, les pierres du monastère se mêlent aux couleurs originelles de la montagne. Rien autour n’abime cette impression de total isolement…

Noravank-sunset---road-trip-moto-Armenie

Les quelques touristes sont partis et je contemple le coucher de ce soleil brûlant…

Allez, il ne me reste plus que quelques kilomètres à parcourir en Arménie avant d’entrer enfin en Iran! Après une bonne nuit de sommeil, je reprends la moto en direction de Meghri,

Meghri… Un « vieux bonhomme », assis sur le bord de la route semble attendre patiemment la fin de la journée… Je m’arrête et lui demande un hôtel ou guesthouse dans le coin. Avec un large sourire qui transforme son visage, il se lève, téléphone 30 secondes en me faisant signe de patienter, et trop content qu’un évènement vienne rompre son ennui quotidien, il monte dans sa voiture et me fait signe de le suivre! :)  Il me mène vers les hauteurs de cette petite ville frontalière qui semble triste et grise et dont les maisons, faites de parpaings bruts et couvertes de tôles font peine à voir… On dirait qu’ici, les gens« se débrouillent » pour vivre…

Le B&B dans lequel il me conduit est tenu par une dame très accueillante! Un grand jardin ombragé, des arbres qui supportent des hamacs, des lits en fer forgés pour le repos des voyageurs et des chats trop maigres qui viennent se reposer près de moi.

3 aout! Mon cœur bat la chamade!!!! Aujourd’hui, je passe en Iran!! YouhoooOOOO!!!

Frontière Arménie Iran

Hossein m’attend à la frontière! Il y aura aussi les 2 motards australiens que j’avais rencontré à Meghri la veille! Ils font le rallye mongole avec de vieilles MZ! Quel courage!!!

Iranian border _ BMW GSA & MZ

Après 6 ou 7  longues heures d’attente à la douane, je savoure enfin mes premiers kilomètres sur cette terre qui me fait rêver depuis si longtemps! Ce soir, je vais à la guesthouse d’Hossein. Quelques vérifications sur la moto, niveau d’huile, pression des pneus, un peu de nettoyage, une nuit et c’est parti!

Voilà mon escapade persane qui commence!

L’air est chaud, et les montagnes du Kurdistan me tentent… Il y fera sans doute plus frais que dans les longues plaines du « centre » de l’Iran…

Une anecdote à laquelle je repense souvent… Plus qu’une anecdote, une « petite leçon »… 

Guerre, frontières, tensions, fondamentalisme, religion, sabres et burqa, voile et soumission….. Confusion, amalgame, méli-mélo de mots malades de haine qu’on nous martèlent sans cesse… Pour tenter de nous faire peur?… Mais pas seulement en France non, en Turquie en Arménie, les mêmes propos… « l’Iran est un pays dangereux pour une femme » Tous ces avis me peinent, mais je défends vivement mon choix d’aller à la rencontre de ces gens et de leur culture, de cette Histoire et de ces paysages envoûtants …

J’ai donc demandé à un iranien ce qu’il en pensait! Je lui ai montré ma carte et demandé si la proximité de la frontière irakienne était un problème. Il m’a répondu très gentiment: « la guerre est en Irak! Ici, tu es en Iran. »   :)

Sur ces paroles qui m’enchantent, je file donc en balade dans ces montagnes du Kurdistan iranien… Les paysages sont sublimes et il y fait plutôt frais! 35° en moyenne!

Appels de phares et klaxons, grands signes de main, et sourires accrochés aux vitres des passagers des voitures qui me doublent… Je rigole sous mon casque et trouve l’accueil exceptionnel!

Puis, et c’est là que commence la leçon,  je vois une voiture arriver dans mes rétros à grande vitesse… elle me colle un peu, trop, klaxonne, commence un dépassement et se rabat derrière moi, je lui fais un signe, je me pousse pour le laisser passer, mais il reste là et me colle… je ralentis, il ne double pas… je regarde dans mon petit rétro le comportement bizarre du conducteur et je vois… un barbu…

Grande barbe et tunique… On pourrait le croire sorti des gros titres d’un quotidien!  « M.H.  42 ans, fanatique ayant prêté allégeance au groupe blablabla… » 

Alors Virginie? On t’avait prévenu pourtant! On t’avait dit de ne pas t’approcher de la frontière irakienne! Ce n’est pas faute d’avoir essayer de te faire entendre raison!…. Ah mais toi tu préfères te fier à un local!  Tu es toujours aussi contente de ton choix?… (-euhhh oui oui mais il n’y aurait pas un village dans le coin?)

Je regarde ma carte, 25 kms me séparent de la prochaine petite ville… Il y a peu de voitures sur la route et pourtant, celle ci reste collée à ma roue!

25 km avec ce mélange d’idées, de doutes et d’avertissements en tête, c’est assez long vous pouvez me croire!!  :)

Enfin, je vois au loin l’entrée de la ville et ses premiers commerces… Pneus & pièces mécaniques en tout genre! et devant ces échoppes graisseuses, des hommes s’affairent.

Peu importe, je m’arrête près de cette petite foule, je béquille et je coupe le moteur..

Je n’ai jamais pensé être vraiment en danger (genre: « – euh si ça ne vous ennuie pas monsieur, je préfèrerais garder ma tête sur mes épaules!  Bon, je plaisante!! :) Je n’ai pas eu ces pensées, mais j’avoue que  je n’étais pas rassurée sur le moment!…

Enfin bref, la voiture qui me collait depuis 25 kms se gare quelques mètres derrière la moto, et là, l’hommebarbuentunique s’approche de moi d’un pas vigoureux et rapide!

Il se plante devant moi, me tend la main, met l’autre sur son cœur et me dit d’une voix sûre et souriante: « Welcome to Kurdistan madam’! »…. 

Touchée en plein cœur!….

Surprise, soulagée (et un peu honteuse aussi)…  Un énorme mélange d’émotions. Une vraie leçon pour moi qui déteste pourtant les « idées reçues » et les clichés stupides… c’est exactement ce que j’ai fait… préjuger de cet homme parcequ’il portait une barbe et me semblait étrange par sa conduite…  (Enfin sa barbe était vraiment énOrme quand même! Quelle idée aussi!!!  :-)

Un peu chamboulée, je reprends ma route avec en écho son « welcome » rempli de chaleur humaine...

La route jusqu’à Hamadan est belle, parfois des travaux, une route barrée et je me perds dans les villages… des ruelles où règne un joli bazar. Des fruits et des épices, des couleurs et des sourires. Les gens m’arrêtent, pour une photo, une question, certains me parlent en farsi et je ne comprends rien, mais à voir leurs visages riants, je me doute que les paroles sont bienveillantes.

Dieu a une place importante en Iran, et je me rends compte de l’importance de leur foi.

Je m’arrête pour regarder sur mon « téléphonegps » quelle direction prendre pour sortir d’une petite ville, et un homme s’approche et me demande (in english) si je suis perdue. Je lui réponds qu’effectivement, je cherche la route pour Hamadan. Et là, il me dit: -« Tu dois être une bonne personne parceque Dieu m’a mit sur ton chemin, je vais te conduire sur la route pour que tu puisses repartir » ... Décidément, chaque arrêt en Iran est incroyable de bonté!

La circulation en ville est surprenante au début!

Le mieux est de faire attention à gauche à droite devant derrière, mais le tout en même temps!!! Petites motos piétons voitures et camions grouillent et défilent non stop dans un brouhaha de klaxons! Mais finalement, on s’habitue! :)

Première soirée, je pars me balader dans le vieux bazar d’Hamadan. Les regards étonnés sont nombreux, les sourires aussi. Il y a peu de touristes encore et malgré ma tunique longue et mon foulard, je vois bien qu’il me sera difficile de me fondre dans la foule!

Hamedan

Je n’ai pas été un instant seule! On me demande d’où je viens et où je vais, on me conduit en taxi, puis on m’accompagne dans ces rues vivantes, bruyantes et colorées. Sur le chemin du retour, une femme avec sa petite appelle son mari et lui demande d’aller chercher la voiture et me voilà à l’arrière de leur vieille « peugeot » à discuter des monuments de leur ville, qu’ils sont fiers de me faire découvrir… Incroyable générosité et cet accueil si chaleureux qui m’est réservé est magique!

Ispahan est un trésor. Arrivée un jeudi, on me laisse malgré tout entrer dans cette sublime mosquée qui se drape aujourd’hui de longs voiles blancs qui protégeront les fidèles du soleil… des hommes recouvrent minutieusement les sols de tapis. Demain, ils seront nombreux pour la prière du vendredi!

Ispahan-dôme

De palais en mosquées… Ispahan est une merveille d’Histoire et d’architecture qui me retiendra un peu plus de 2 jours… Bazar, Khadju pol et si o seh pol, mosquées, palais et jardins… Rencontres amicales, artisanat minutieux, tapis et miniatures, un thé dans les jardins merveilleux du Chehel Sotoun….

Shiraz la douce… Je descends plus au Sud et les températures sur la route grimpent…. L’air est brûlant et même le vent ne me rafraichit plus…

Un arrêt essence, un thé et quelques mots échangés… Les lavabos sont crades mais j’en profite quand même pour tremper mon blouson avant de repartir! Un rafraîchissement de courte durée!

En ville, je déambule dans ce bazar aux couleurs criardes. Dans les allées, les marchands de tissus à paillettes côtoient les marchands de tissus noir et sévère des tchadors… Ici des tapis, puis à droite la rue des artisans, un couturier, un artisan qui fabrique des chaussures, un forgeron qui doit rêver de l’hiver prochain, des femmes, des hommes… Un bazar…

Je quitte ce vacarme et me retrouve enfin dans le calme de la mosquée Vakil. Un refuge de sérénité… 48 piliers en pierre torsadées soutiennent des voutes en brique claires qui font de cette salle de prières, un lieu apaisant. Seule l’allée qui mène au Mihrab est recouverte de fine mosaïque. Un peu plus loin, la très belle mosquée Nasir ol Molk dont la salle de prières est illuminée de mille couleurs…

Ce voyage en Iran est intense. Quelques jours seulement passés ici et déjà tellement de rencontres et de moments passés…

voyage iran moto adventure gsa belleaventure.eu

Persepolis, Nasqh e Rostan et Ali  :-)

Sublime vestige d’un temps ancien … Darius 1er, grand roi de l’Empire Perse…. Xerxès 1er, son fils, qui fit édifier cette colossale Porte de Toutes les Nations…. Des milliers d’hommes  et  des centaines d’années pour bâtir Persepolis...

Des temples et des jardins, palais et harem… Il reste bien peu de toute cette splendeur Perse… Des pierres, colossales et denses, sculptées avec une infinie finesse…

Je pourrais raconter avec mille mots la beauté de ce site… mais il est temps d’aller voir les tombes de ces Grands Rois …

Je me dirige donc vers le parking pour reprendre la moto et j’entends l’homme devant moi, dire « escaliers« … Bravo! en effet, on était dans un escalier!! :-)

Je lui demande s’il est français et me répond en souriant dans un français impeccable: « Non, je suis iranien! Je suis guide et j’accompagne des français! »

Petit blabla jusqu’au parking, et là, je lui présente Casper, dont il tombe raide dingue!! Après un échange très sympa avec la famille, une séance photos d’Ali sur la moto, il me propose de faire la visite de Nasqh e Rostan avec eux! Ce que j’accepte avec plaisir!

Ali & Casper

Nasqh e Rostan

Road trip moto Iran Naqsh-e-Rostam

La roche est brute et de gigantesques failles viennent éventrer cette pierre ocre. Le paysage est aride. Inaccessibles aux hommes, de grandes croix ont été taillées dans ces rochers,  sur un modèle unique, avec en leur centre, une ouverture qui permet l’accès à la chambre funéraire. Et là encore, le travail de l’homme est précis et remarquable. Des colonnes à chapiteaux, des sculptures, des poutres qui soutiennent des sujets, des gardes immortels et la représentation d’Ahura-Mazda.

C’est ici que je laisserai Ali et « sa » famille! Chacun reprend sa route, et je vais filer à travers le désert pour arriver ce soir à Yazd! J’ai envie de cet oasis en plein désert depuis longtemps!

Ma route pour Yazd est sans surprise. Il fait + de 45°, je supporte cette chaleur parceque je n’ai pas d’autre choix, mais c’est épuisant… Inutile d’espérer de l’ombre, cette route interminable traverse un désert… Les petites tornades de chaleur n’emportent dans leurs tourbillons que de la poussière de sable et l’horizon danse dans cette brume de chaleur qui estompent les couleurs…

Road-trip iran moto

10 aout – Yazd est une grande cité, mais c’est dans la partie ancienne que je veux aller! Je me perds donc, comme dans chaque grande ville étape! Je n’en peux plus de ce soleil, et chaque « feu rouge » est un enfer! Après quelques demi tour, quelques arrêts, et avec le peu de courage qui me restaient encore, je trouve enfin les petites ruelles qui me mèneront au Silk Road Hotel! 

Cet endroit est authentique et j’apprécie biensûr la cour intérieure avec son bassin turquoise et son jardin, ses lits en bois sur lesquels sont posés des tapis et des coussins, et où l’ont peut y boire un thé ou manger…  mais ce que j’ai vraiment apprécié en arrivant, c’est la clim dans ma chambre et la douche froide!! :)

J’aime l’atmosphère de cette ville et j’aime me promener dans ses ruelles d’argile, admirer ces tours du vents et son bazar fantôme…

J’irai faire quelques « balades » dans les environs de Yazd avec Casper, découvrir Kharanaq, une cité millénaire abandonnée entre désert et montagnes… Chakchak, le temple zoroastrien, perché au creux d’une montagne qu’il faut grimper pour découvrir la flamme éternelle qui ne brûle plus aujourd’hui… Puis, après ces quelques jours ici, reprendre la route du retour… me perdre encore un peu dans les ruelles désertes de Yazd et prendre la direction de Kashan…

Mais « route du retour » ne veut pas dire « fin de l’aventure »!

J’arrive à Kashan vers 13h. Totalement épuisée de chaleur! Insupportable. Je m’arrête à l’ombre d’un arbre pour me rafraichir. Là, un jeune homme en mobylette s’arrête à coté de moi et me demande si je cherche quelque chose. Je lui dis simplement que je vais boire un peu, me reposer quelques minutes à l’ombre… Il prend son téléphone, discute, raccroche et me dit: « Viens, suis moi, ma mère t’invite à la maison pour te rafraichir! » … Et c’est comme ça que je ferai la connaissance d’Ebi et de sa famille, autour d’un repas et de beaucoup de générosité!

Son père me conduira ensuite dans la Guesthouse « Noglhi House », près de la mosquée. Endroit fantastique où les rencontres seront nombreuses, sympathiques et drôles!

Le caravansérail de Kashan est une merveille! Grimper sur ses toits et on se croirait dans un paysage fantastique de StarWars! Des dômes en argile ocre, des ouvertures qui deviennent des puits de lumière dans les allées du bazar… Je serai bien resté quelques jours de plus mais il faut rentrer…

Sur la route, toujours les mêmes klaxons, les mêmes mains levées, les mêmes appel de phare! Mais pour rendre plus drôle cette longue route, une petite dame me tend par sa fenêtre des concombres bien frais et un peu plus loin, une pomme! :) Un moment de concentration pour me caler à la même vitesse que la voiture et essayer d’attraper la marchandise! :)  Adorable petite dame, et quel souvenir incroyable!…

iran moto voyage GSa aventure fabuleux voyage

Avant la traversée du lac d’Ourmia, contrôle de police militaire. Difficile de se comprendre parcequ’il ne parle anglais… Il regarde au loin et pense que les autres vont arriver…. mais je tente de lui faire comprendre que je suis seule! :)  Il prend mon passeport, ma carte grise, il téléphone puis me rend mes papiers après avoir raccroché. Je pense pourvoir repartir mais un homme arrive, parlant anglais cette fois, et me repose gentiment les mêmes questions… Donc « Oui je suis seule, je suis ici pour découvrir l’Iran, tourisme, je viens de France,  je voyage en moto, je repars par la Turquie, dans mes valises des vêtements, oui j’ai aimé l’Iran, oui j’ai aimé ces « friendly people »….

Je sais au fond de moi que ce voyage en Iran prend fin et j’essaie de m’inonder de tous ces moments, de tous ces paysages…

Les nouvelles sont mauvaises en ce moment. La frontière de Bazargan, par laquelle je devais repartir est fermée suite à un attentat. Je n’ai donc pas beaucoup de choix, je vais repartir par Essendere, non loin d’Ourmia. Mais là encore, une fois passée la frontière, les tensions dans cette région kurde de Turquie s’intensifient…. Je vais donc devoir prendre la direction du Lac de Van et remonter au Nord… mais avant ça, il va falloir que je m’occupe sérieusement de la GS!…

Me voilà donc de nouveau chez Hossein! Je fais le tour de la moto en me disant qu’après avoir supporté le vent glacial et les 4° de l’Islande lors de mon dernier voyage, Casper a supporté cette fois les 50° et les vents brûlants du désert! … mais tout en faisant le tour, je vois le pont arrière graisseux et noir… en regardant de plus près, ça ne fait aucun doute, le pont arrière fuit et au vue de la graisse épaisse qui s’est répandue, je me demande s’il reste une seule petite goutte d’huile…. Bon… Pas de panique, juste envoyer un SOS aux copains! :)

Hossein GuestHouse

Le mécano d’Hossein, Mohammad, vient voir la moto et me demande de lui amener dans son garage. Il regardera demain ce qu’il peut faire… Parfait, ça me laisse l’après midi pour comprendre les fiches qu’on m’envoie, le type d’huile qu’il faut, la quantité, les joints etc etc…

Mais Mohammad lui, a décidé de s’attaquer au problème et je vais donc découvrir la GSA démontée…… sur le trottoir!! Mohammad a tous les outils qu’il faut pour bricoler Casper, mais la mécanique est usée et il n’y pas de pièces en Iran. Il fera donc ce qu’il faut pour que je puisse repartir, mais me conseille de vérifier souvent…

Clé de 12?

Là encore un drôle de moment!  Les réparations touchent à leurs fin, mais il faut encore l’huile de pont… Cette huile particulière que Mohammad n’a pas ici! (moi non plus d’ailleurs!)… Aucune importance, il entre dans le garage voisin et en ressort sur son Hayabusa!! Tranquille en chemisette, il embarque un jeune militaire qui passait pour lui laisser sa moto, et les voilà partis (en wheeling) chercher mon huile de pont!! :)

Nous voilà prêtes, ma GS et moi, à rentrer, par le plus court chemin! Rouler avec une mécanique « rafistolée » n’est pas super agréable en fait…

17 aout: Mes premiers kilomètres en Turquie sont pénibles.  Je laisse derrière moi ces jours passés où chaque arrêt, chaque étape était l’occasion de nouvelles rencontres, d’anecdotes incroyables et des sublimes découvertes… Depuis mon départ, je n’ai passé que des moments intenses…

Intensément chauds, intensément drôles, intensément galères, intensément beaux… intensément libre….

moto turquie iran voyage road trip GSA

Un petit village turc, une fourche, un barrage militaire me rappèlent que cette foutue guerre n’est pas loin… La seule route que je peux prendre est celle qui monte au Nord. Je vais m’arrêter ce soir à Erzurum, cette ville que je n’avais pas aimée à l’aller. Mais tout m’est égal aujourd’hui… Un hôtel, en face d’un centre commercial, des rues qui fourmillent de monde et cette même cacophonie qui m’avait fait fuir… Je me balade malgré tout dans cette foule, je longe les vitrines au décors clinquants et je ne rencontre personne…

le Retour Erzurum

Je déambule dans cette rue grouillante d’Erzurum où chacun se croise d’un pas pressé, et je  pense à ces bazars joyeux d’Iran, à ces femmes et ces hommes qui m’ont fait découvrir leurs villes, leurs hammams et leurs mosquées, leurs bazars et leurs palais; ces iraniens aimables et curieux, touchants et drôles, joyeux et généreux…

Malgré la difficulté du retour, les paysages immenses de la Turquie m’enchantent… Au point de me laisser aller à rouler un peu trop vite! :) La police attend à l’entrée d’une ville! Table, chaises et parasol pour dresser les PV!

Allez, demain encore cette traversée infernale d’Istanbul… puis la Grèce, et le pont arrière qui fuit à nouveau… Par chance, je suis à 60 km de Thessalonique où il y a un « BMW Motorrad » 

J’arrive peu avant la fermeture, ils gardent donc Casper pour la nuit et feront les réparations demain à l’ouverture! Le chef d’atelier est super sympa, il me prête une moto, enfourche la sienne et m’accompagne hors de la ville, dans une petite rue en bord de la mer avec quelques hôtels et resto!

Et voilà… je récupère Casper, réparée et il est temps de partir vers Igoumenitsa…

Trip moto Iran - Igomenitsa retour

C’est la fin du voyage cette fois… Je regarde la mer et je suis déboussolée… 

Je n’ai pas écrit toutes les histoires, tous les kilomètres et toutes les rencontres… elles sont tellement nombreuses!!…. Le diplomate iranien qui m’offre une banane, un épicier qui veut que je reparte avec une pastèque, dans un hôtel à Shiraz, une tribu d’Oman qui m’applaudit quand je leur raconte les pays traversés, un hôtel sans matelas, une petite interview à Kashan pour le journal local, un caramel offert par un monsieur au feu rouge, une femme qui me demande d’enlever mon casque pour une photo et pour m’embrasser, les welcome et les sourires, et aussi tous ses mots que les femmes m’ont dit: « you are a strong woman, I love you! … Thank you for coming to see us!  Leurs sourires et leurs poings levés comme pour dire « vive les femmes! »….  Mariam, Morteza, Parisa, Ebi, Shiva, Mohammad, Farinaz, Hamid, Ali et tous les autres….. Merci!

Itinéraire France IranFrance:  Paris – St Nazaire en Royans – Tunnel de Fréjus

Italie : Tunnel de Fréjus – Ancône – Ferry

Grèce: Igoumenitsa – frontière Turque İpsala Sınır Kapısı

Turquie: Istanbul – Yerkoy – Erzurum – Horasan – Kars – Frontière Géorgienne Vale

Géorgie: Akhalkalaki – Frontière arménienne

Arménie: Gyumri – Erevan – Kor Virap – Noravank – Gori – Meghri – Frontière iranienne

Iran: Nordooz – Urmia – Mahabad – Hamadan – Ispahan – Shiraz – Persepolis – Naqsh e Rostam – Yazd – Kharanaq – Chakchak – Kashan – Zanjan – Tabriz – Urmia – Essendere

Turquie: Van – Erzurum – Amasya – Itanbul –

Grèce: Thessaloniki Motorrad

Italie …. France….